lundi 5 janvier 2015

AMX 30B Part 3

Le montage

Il y a comme toujours des petites surprise lors du montage et assemblage d'une maquette, que nous découvrirons tout au long de l'article et qui vous éviterons quelques désagrément.....causé par MENG
Avant de tout coller comme on a tendance à le faire il faudra bien réfléchir à ce que l'on voudra obtenir en final.
A/ La caisse
Je commence par les amortisseurs, qui eux seront fonctionnels ... on peut constater la qualité des petites pièces et penser surtout à supprimer les picots de moulage



 Une fois l'ensemble collé on le positionnera sur la caisse


on constate que l'amortisseur fonctionne et que les picots de moulage ont été supprimés

La suite avec le train de roulement, Meng a très bien détailler les carters latéraux à tous les niveaux seul reproche que l'on pourrait faire à Heller qui lui a fait le plus strict minimum. Avec la résine, je lui ai fait des carters adaptés (30B-B2) que l'on verra dans un chapitre propre au 30B2.

 Les bras de roues sont fidèlement reproduit
L'ensemble est fonctionnel de bas en haut
Le dessous de la caisse est fidèle dans l'ensemble à l'original avec une protubérance identique au trou d'homme,seul quelques trappes manquent mais comme diraient certains "on ne regarde pas le dessous"
   
Le ponçage des bandages de roue commencent
B/ Le train de roulement
Meng vante à travers une publicité les prouesse de roulage du blindé grâce à ses chenilles miracle qui roulerait comme un vrai. En réalité ce n'est qu'un montage photo certainement accéléré car les chenilles casseraient dès le premier essai. Seul une chenille intégrale vinyle de type Tamiya ou métallique  peuvent permettre cet exploit mais pour moi une maquette n'est pas forcément une maquette radio commandé sauf si cela est le but  recherché.
 Meng fourni un guide pour assembler les patins, outil indispensable et pratique. Les patins en 2 parties une fois constitué doivent s'assembler les uns aux autres, si l'on observe la gravure est fine mais .....
 il y a un mais car les tenons sont trop fragiles et s'abîmeront par la suite à force de les remettre en place

en effet le plaisir pour  le maquettiste c'est d'avoir une chenille mobile , ce ne  sera pas possible.
L'utilisation d'une colle sera utile par la suite, on commence par une colle maquette pour finir à la cyanolicrate pour rigidifier la chenille mais cela ne suffira pas car une fois la chenille sur le char elle se désolidarise. Il faudra passer à une autre méthode plus radicale ... on verra ça plus loin sur le modèle fini.
Meng fourni 2 couronnes de barbotins différentes pour les 2 versions B et B2
Couronne pour modèle B
La difficulté c'est de faire un assemblage correct


un montage à blanc permet de voir l'adaptation de la chenille friul
vue la qualité et la finesse des pièces, il faut les ébarber avant le montage, sans les casser car la difficulté est plus grande une fois collée.
 Les plaques de batteries font ressortir le glacis avant qui est bien pensé sur le détail
 Les mollettes de serrage sont correctes bien sur on peut les remplacer par de la photo découpe
La subtilité de Meng c'est d'avoir entrelacé les 2 grilles pour n'en faire qu'une plus réelle
 
Le combiné téléphonique extérieur pour communiquer avec l'équipage est très bien représenté même si le montage comporte trop d'éléments.
Les extincteurs sont très bien reproduit.
Le glacis avant avec ses lignes de soudure , ses carrés (4) pour régler la tension des chenilles qui se trouvent sur le blindage avant (vue de face )
Les portes jerricans sont positionnés horizontalement ,propre à la version B, l'outillage du lot de bord est mise en place pour agrémenter la maquette. Dans la réalité ce n'est pas le cas, cela se fait sur ordre en fonction de la mission
 le glacis avant côté pilote
 Un des coffres d'outillage avant.
L'emplacement du poste de pilotage est très élaboré par rapport par heller mais avec la résine on peut lui donner un coup de jeunesse
Les détails de la caisse seront traités tout au long du montage.
La tourelle
que dire si ce n'est qu'elle sort de l'ordinaire par sa finesse avec le détail qui tue sous la tourelle

cette aération existe bien ( il fallait y penser ). La double numérotation existe bien  et sur certains char seul l'arrière est supprimée.

Le dessus de la tourelle
Le fait de rajouter un emplacement pour un épiscope arrière est pour ma part incompréhensible voir inutile . Le fait d'avoir insérer une  ligne de moulage à la forme particulière et très mal placée va surtout compliqué le ponçage.

les paniers sont d'un seul ensemble , facile à positionner grâce aux trous prévus. Une sacré avance sur le concept Heller. Le dégrappage est une opération méticuleuse....
Le coffre de toit nécessite du Putty pour masquer les jonctions.

 
Le canon  possède la chambre avec la culasse très bien reproduit , pour ma part je ne mettrais que la partie externe
Meng à poussé le détail au niveau des cannelures  mais ....
celui ci nécessite un gros travail de masquage , de ponçage .

Une fois positionner le canon est mobile

Les télémètres lunettes peuvent être ouvertes ou fermées

L'opération de masticage est nécessaire

La maquette est apprêtée, c'est l'occasion de mettre en place les fils et câblages
 
 
 

Le canon est pourvu d'un manchon (alu ) avec un catadioptre
 
je reviens sur la chenille si certains d'entre vous sont certainement spécialiste dans le montage et la mise en place de ce type moi j'innove ....avant il faut utiliser ce barbotin car dans la boîte il y en a un autre spécifique au B2
après avoir préparer les tronçons ( coller à la cyano ) , faire une mise en forme mais la fragilité
 
est toujours présente. J'ai préparer le pré collage pour la mise en place
Une fois la chenille reliée, il ne reste plus qu'à insérée les roues grâce aux suspensions mobiles , toujours pas collées à ce stade là. Cela permet de faire les réglages nécessaires ( voir l'écartement sur le  barbotin).
La peinture de base est le vert (malgré l'éclairage) 102 humbrol qui se rapproche du vert français


 
Une phase importante est le vieillissement des pots d'échappement et des chenilles car j'ai testé ma propre rouille.
Attention dans la réalité les échappement ne sont jamais rouillés de la sorte ,seuls sur les épaves voir sur les champs de tir ont pourrait en trouvé.


 
Les pots sont peints dans un premier temps avec les huiles  puis recouvert avec la rouille pour donner une texture.
En ce qui concerne les chenilles , le procédé est le même mais comme je le disais la fragilité des chenilles est constante jusqu'au montage final....


C'est reparti pour reconstituer la chenille (x2) avec du fil métallique très fin, il ne  reste plus qu'à couper à ras l’excédent.

renouveler l'opération autant de fois que les maillons cèdent 
Quand à la mise en place !!!! le collage est obligatoire ....et dire que Meng vante le roulage dans sa pub. Malgré tout ! même monté l'opération de ligature sera nécessaire

La Tourelle est équipée d'antenne très fine (aiguilles) épiscopes plus détaillés, le filet de camouflage
 




Le char terminé